Cote des vins de Bourgogne, la consolidation se poursuit

Cote des vins de Bourgogne, la consolidation se poursuit

Débutée au printemps 2019, la consolidation de la cote des vins de Bourgogne s’est poursuivie en 2020. Ces crus aux volumes de production relativement faibles résistent malgré tout relativement bien à la tempête qui balaie l’économie mondiale.

La cote des vins de Bourgogne en recul dans un marché en légère hausse

Le marché des grands crus dans son ensemble résiste, jusqu’à maintenant, aux effets de la crise mondiale liée à l’épidémie de covid-19. Les indices Liv-ex 100 et Live-ex 1000 augmentent respectivement en 2020 de 5,4 % et 2,02 %.
La performance négative du sous-indice Burgundy 150 (-1,52 %) confirme donc les difficultés spécifiques auxquelles doivent faire face les cours des grands crus bourguignons. La crise sanitaire affecte évidemment les échanges de vins de Bourgogne, mais de la même façon que ceux des autres régions. En revanche, la taxe de 25 % mise en place par l’administration Trump en octobre 2019 handicape plus particulièrement ces crus dont les riches consommateurs américains sont particulièrement friands. Elle semble poursuivre ses effets sur le long terme.

Les grands domaines de Bourgogne également touchés par la baisse de prix

Contrairement à ce qui pouvait être le cas au début de la consolidation, tous les domaines bourguignons sont impactés, même les plus prestigieux. Le prix moyen auquel se sont conclus les échanges des grands crus de la Romanée Conti n’a progressé en 2020 que de 1,36 %. Les prix du grand cru éponyme ont même sensiblement reculé. Même constant chez Armand Rousseau avec un repli de 0,37 %.

Un tassement de la cote des bourgognes après une forte hausse pendant plus de 5 ans

Cette légère baisse de la cote doit cependant être relativisée et replacée dans un contexte de très forte hausse des vins bourguignons au cours des 5 dernières années. À cette échelle, la Bourgogne affiche de très loin la meilleure performance de tous les sous-indices du Liv-ex 1000, avec une progression de 81,94 % presque deux fois supérieure à celle de l’ensemble de l’indice (+44.84%). La seconde hausse la plus importante revient à la Champagne (sous-indice Champagne 50) avec +54,93 %.

Le millésime 2018 de Bourgogne pourrait faire flamber les prix

Parmi les facteurs de soutien des cours, l’excellence qualitative du millésime 2018 commercialisé cette année est un élément important. Les acheteurs, même frileux, savent qu’à un moment ou à un autre, il leur faudra se positionner sur ce millésime avant que les prix ne flambent. La stagnation actuelle de la cote ressemble alors à une opportunité qui n’échappe pas à tout le monde. Le millésime 2019 s’annonce aussi très grand et devrait, de la même façon, soutenir les prix.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  Eléonore H – Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*