Vin néo-zélandais, chez les Kiwis on n’élève pas que des moutons

Vin néo-zélandais, chez les Kiwis on n’élève pas que des moutons

Le vin néo-zélandais affiche une réussite exemplaire au sein du marché vinicole international. Malgré la faible superficie de son vignoble, il s’exporte remarquablement bien. Les vignerons néo zélandais savent élever des vins blancs en parfaite adéquation avec les attentes des consommateurs.

Le vin néo zélandais fait une percée sur le marché international

Avec ses 40 000 hectares, le vignoble néo-zélandais n’occupe que la 29e place mondiale en superficie. À titre de comparaison, le vignoble espagnol (1er du classement) s’étend sur 967 000 hectares, le français (3e) sur 786 000 hectares et le vignoble du voisin australien sur 145 000 hectares. Une tendance est néanmoins intéressante à souligner : la surface cultivée de vignes progresse encore ces dernières années (+ 3,4 % entre 2013 et 2017) alors que les surfaces des pays historiques diminuent. L’industrie du vin néo zélandais est encore jeune. En 1995, le vignoble ne recouvrait que 7 500 hectares en Nouvelle-Zélande.
Malgré cette taille restreinte, le vin néo-zélandais accède à la 16e place de la production mondiale, selon le classement en 2018 de l’Organisation Internationale du Vin.
Au-delà des chiffres de cette production globale, les chiffres des exportations sont les plus pertinents pour qualifier le vin néo-zélandais. Sur les 3 millions d’hectolitres produits, 2,5 millions sont exportés, pour un montant de 1,1 milliard d’euros. Le vin néo zélandais occupe la 10e place en volume et le 7e en valeur des exportations vinicoles. Presque inexistantes en 1995, les exportations néo-zélandaises (79 000 hectolitres) affichent les plus importantes progressions des dernières années (+ 41 % en volume et + 36 % en valeur entre 2013 et 2017).

Des vins néo-zélandais faciles à boire

Les vins néo-zélandais revendiquent une identité claire et populaire, de « vins de climat frais ». Malgré sa position géographique australe, la Nouvelle-Zélande subit une puissante influence océanique et des vents froids venant de l’Antarctique.
Vifs et fruités, ces crus déclinent concentration aromatique et belle acidité. Faciles à boire, ils ont conquis d’importantes parts des marchés traditionnels, en Europe et aux États-Unis.
Les blancs, très largement majoritaires, sont issus des 2 cépages les plus prisés de la planète, le Sauvignon et le Chardonnay.
Les rouges sont dominés par le Cabernet Sauvignon, assoupli avec un peu de Merlot, comme c’est le cas à Bordeaux

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  somartin Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*