L’immense richesse des Sauternes

L’immense richesse des Sauternes

Les grands crus de Sauternes sont parmi ceux qui appellent le plus à l’hyperbole et à l’émerveillement. Bernard Pivot en témoigne dans le délicieux article D’Yquem de son Dictionnaire Amoureux du Vin. Et pourtant les implacables chiffres des ventes de cette appellation reculent inexorablement. Le marché ne serait-il pas si clairvoyant ?

Le plus précieux souvenir, un Sauternes de 1916

En plus de l’immense prestige qu’évoquent les grands noms de ces crus, l’un des principaux atouts des Sauternes est leur longévité. L’importante concentration en sucre prolonge abondamment la durée de vie de ces vins d’exception. Comment ne pas se souvenir de ce Château d’Yquem 1916 dégusté lors d’un déjeuner envoûtant au restaurant l’Arpège d’Alain Passard et l’incroyable fraîcheur de ce jeune centenaire ?

Le mythique Château d’Yquem serait-il l’arbre qui cache la forêt ? N’y aurait-il aucun autre Sauternes digne d’intérêt ? Certes Yquem est unique, et l’on dépasse là les simples considérations gustatives, mais d’autres crus de l’appellation me laissent de beaux souvenirs et font preuve d’une longévité appréciable. Citons entre autres Rieussec 1985, Lafaurie-Peyraguey 1988, Coutet 1976 ou encore Filhot 1990. Et n’oublions pas le Château de Fargues du Marquis de Lur-Saluces, propriétaire historique du Château d’Yquem.

Sauternes, l’harmonie paradoxale de la puissance et de la fraîcheur

Il est parfois reproché aux Sauternes d’être trop lourds, trop sirupeux. Cet écueil existe indéniablement. Le Sauternais, comme toute appellation, compte dans ses rangs des vignerons moins exigeants que d’autres. Mais, certaines cuvées de Sauternes offrent de superbes équilibres entre puissance aromatique et fraîcheur en bouche. Dans cette catégorie, les vins du Château Climens à Barsac sont exemplaires. Récemment un Climens 1990 illumina la fin d’un joyeux dîner entre amis.

Un Sauternes pour finir en beauté

C’est à la fin d’un repas que les liquoreux comme les Sauternes ont selon nous toute leur place. Certes, l’accord avec le foie gras servi en entrée est un classique des accords mets et vins. Le risque est de saturer les papilles gustatives avec une puissance aromatique trop intense pour débuter. Les gourmands ayant réponse à tout, certains rappelleront que rien n’interdit de se rincer la bouche avec un blanc sec et tranchant avant de poursuivre les réjouissances.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  Vinoptimo

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*