La cote des vins de Sauternes ranimée par le marché chinois

Et si la cote des vins de Sauternes remontait ?

Et si la cote des vins de Sauternes remontait ?

Au plus bas depuis plusieurs années, la cote des vins de Sauternes pourrait bien remonter rapidement. Du moins, c’est l’intime conviction de Derek Smith, l’homme d’affaires franco-américain, qui vient de racheter le château de Rayne-Vigneau.

Les vins de Sauternes avaient perdu la cote, jugés trop doux

Dans un interview accordé au Figaro Vins, il explique son investissement et sa confiance dans les vins du Sauternais pour conquérir le marché chinois. Intéressante position, à contre-courant de l’idée largement partagée selon laquelle produire du sauternes coûte cher et demeure peu rentable.
Si l’interview débute par l’évocation de l’enchantement esthétique que procure ce lieu exceptionnel, et les ravissements gustatifs qui naissent d’une gorgée de ce premier cru, la pertinence rationnelle et économique d’un tel investissement revient vite au premier plan. En effet, en plus de la relative attractivité du prix de l’hectare dans le Sauternais, l’intérêt de grands noms tels que celui de Bernard Magrez, pour cette appellation est soulignée. Argument de poids quand on connaît la justesse d’analyse, en termes d’attentes du marché, du propriétaire de Pape Clément. Pour rappel, ce dernier acquit le château Clos Haut Peyraguey en 2012.

Le goût chinois va-t-il s’adapter au sucré des vins de Sauternes ?

Mais là où nous sommes le plus surpris et très curieux de la suite, c’est à l’évocation de l’engouement des palais chinois pour le sucré. Des commentaires d’amis chinois au souvenir d’une anecdote lors de l’exposition universelle de Shanghai, il nous semblait, au contraire, que l’appétence pour le sucré en Chine était faible. Présente dans le pavillon français de l’Exposition Universelle de 2010, la Maison lilloise Méert célèbre pour sa délicieuse et gourmande gaufre à la vanille avait exceptionnellement, lors de cette manifestation, changé ses approvisionnements de sucre (allant en chercher au Japon) afin d’offrir un produit moins marqué par cette saveur.
Nul doute cependant que les équipes de cet homme d’affaires avisé trouveront le juste équilibre entre le doux et le sucré afin de répondre aux attentes spécifiques de ce marché.

Espérons simplement que cela n’entraîne pas une hausse trop importante de la cote des vins de Sauternes, nectars exquis et presque éternels, dotés d’une grande et atypique complexité, comme le Château Climens, Premier Cru Classé de Sauternes – Barsac.

Retrouvez ici la sélection Vinoptimo de vins de Sauternes.

Auteur : Aurélien Grevet

 

Image © Jacques PALUT – fotolia.com

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*