Quels grands crus vendre ?

Quels grands crus vendre ?

Quels sont les grands crus que l’on doit vendre ? Face cette vaste question, il n’existe que des réponses particulières, au cas par cas, avec tout au plus quelques indications générales.

Choisir les grands crus de sa cave les plus aptes à la vente

La première réponse que doit apporter l’amateur de grands crus potentiellement vendeur est : « Quels vins je préfère boire ? ». Et bien évidemment, nous lui conseillerons de conserver précieusement ses favoris et d’observer, au fil des années, leur évolution.

Une fois la question du goût en matière des grands vins réglée, il est de bon sens de ne garder que les crus qui sont bâtis pour durer. Passées quelques années, nous vous incitons à vendre vos « vins plaisir », si vous ne pouvez les boire d’autres le feront.

Les grands crus de garde : quelques grandes lignes

En caricaturant légèrement, pour vos vins de bourgognes, vendez d’abord vos appellations villages, puis vos premiers et seulement après vos grands crus. Pareillement à Bordeaux, les premiers grands crus recèlent un potentiel de garde que ne possèdent pas d’autres grands crus ou crus bourgeois pourtant excellents durant toute leur phase d’apogée.

De la même manière, parmi les grands crus certains millésimes sont plus aptes que d’autres à durer. Des années comme 1997, 1999, 2001 ou encore 2007 à Bordeaux semblent devoir être bues plus précocement que 2000, 2005, 2009 et 2010. Attention cependant, même les immenses millésimes ne sont pas éternels, seule la combinaison d’un très grand cru et d’une excellente année permet de traverser les décennies avec sérénité.

Les grands vins rouges sont-ils plus vendeurs que les blancs ?

Quant à savoir si les grands vins rouges se conservent mieux que les blancs, nous ne pouvons que reconnaître que certes, majoritairement, l’absence de tanins dans les blancs nuit à la longévité, à part pour les sucrés. De même, l’oxydation est plus problématique pour les blancs.

Et pourtant, à titre personnel, je ne peux m’empêcher de penser à une caisse de Meursault Charmes 1993 des Comtes Lafon dont l’ouverture m’effrayait un peu… Et finalement, après la première gorgée, je n’ai pu me résoudre à les vendre.

Auteur : Aurélien Grevet

Crédit image : © Coloures-pic – Fotolia.com

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*