La cote des vins de Bordeaux : crispations dans l’attente de Primeurs

La cote des vins de Bordeaux : crispations dans l’attente de Primeurs

Au printemps, la cote des vins de Bordeaux est habituellement dictée par la campagne des Primeurs. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, sa tenue dans sa forme traditionnelle demeure incertaine en 2020.

La cote des vins de Bordeaux sur une mauvaise pente

Ce cataclysme dans le marché international des grands crus semble devoir accentuer une tendance observée depuis plusieurs années déjà : le recul de la part des grands crus bordelais au sein des échanges mondiaux de grands vins. Au mois d’avril, cette dernière ne représentait que 41,1 % des transactions réalisées sur la plateforme londonienne du Liv-ex, à titre de comparaison ce chiffre était supérieur à 67 % en 2017.

Non seulement les parts de marché des grands vins de Bordeaux reculent, mais c’est également le cas des cours de ces crus. Depuis le début de l’année, les indices du Liv-ex composés exclusivement de bordeaux affichent parmi les plus mauvaises performances :

  • Liv-ex 50 = – 3,3 %,
  • Bordeaux Legends 40 = – 3,65 %
  • Bordeaux 500 = – 2,65 %.

Seul le sous-indice bourguignon fait moins bien (-4,67 %), mais sa hausse fut tellement importante ces dernières années que sa consolidation actuelle doit être relativisée.

La cote des grands vins de Bordeaux peut-elle s’effondrer ?

La situation bordelaise semble inextricable. Depuis de nombreuses années déjà, les campagnes de Primeurs soulèvent une polémique autour du positionnement tarifaire de ces grands crus. Force est de constater que cette grogne lancinante a rempli les entrepôts des principaux acteurs du négoce bordelais. La trésorerie de ces derniers s’amenuise au fur et à mesure du temps. L’absence de campagne Primeurs en 2020 pourrait signifier une perte de chiffre d’affaires de plus de 50 %. Pour beaucoup de ces importantes sociétés de négoce, les conséquences seraient alors considérables sur les cotes des vins de Bordeaux livrables. Ils pourraient être bradés afin de réaliser du chiffre.

Heureusement nous n’en sommes pas encore là.

Même si l’idée émerge doucement, la commercialisation directe des grands crus par les Châteaux est loin d’être actée. Certains s’y préparent, à suivre.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  Liv-ex

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*