Marché des grands crus : les Châteaux bordelais prennent le pouvoir

Marché des grands crus : les Châteaux bordelais prennent le pouvoir

Alors que le marché des grands crus traverse une période maussade, la campagne des primeurs de Bordeaux et ses prix de sortie toujours plus élevés semblent attester chaque jour que les Châteaux exercent désormais le contrôle sur le marché international des grands vins.

Marché des grands crus, des primeurs bordelais à + 30 %

Le rapport de juin 2019 du Liv-ex analysant l’activité des marchés des grands crus du mois de mai 2019, constate le prolongement de la phase de consolidation des cours observée ces derniers mois. Malgré ce climat, s’appuyant sur des notes de dégustations du millésime 2018 de bon niveau, sans néanmoins être exceptionnelles, les Châteaux bordelais dévoilent des prix de sortie de 20 à 30 % supérieurs à ceux de l’année 2017 qui étaient déjà pourtant jugés trop élevés par le négoce. Dans l’attente des tarifs des Premiers, les Super Seconds confirment, durant la première semaine de juin, cette tendance.

Les négociants en grands crus surpris par l’évolution du marché

Prenons l’exemple de Cos d’Estournel sorti à 144 euros. Ce prix est supérieur de 33,3 % à celui du 2017 (108 euros), mais il est également supérieur aux prix actuels de tous les millésimes de ces 15 dernières années du Château, à l’exception du 2009 noté 100/100 par Robert Parker. Parmi les millésimes antérieurs et moins chers, on retrouve le 2005, grand millésime désormais mature, ou encore les années 2010, 2015 et 2016 qui jouissent pourtant d’une excellente réputation. La hausse des grands crus en primeur était attendue par les marchands internationaux, mais pas à ce niveau : les membres du Liv-ex envisageaient un niveau de prix autour de 120 euros.

Marché des grands crus, Cos d'estournel. Vinoptimo

Nous pourrions nuancer en prenant le cas de Mission Haut Brion dont le prix de sortie n’augmente que de 5 % par rapport à 2017 (252 euros contre 240 euros), mais il faudrait alors pointer le niveau particulièrement élevé du tarif 2017 dont le niveau est en léger repli depuis la sortie en primeurs.

Les châteaux bordelais verrouillent le marché avec leurs grands crus en primeur

Les négociants demeurent impuissants face à ce mouvement. Les protestations en 2015 de ces acteurs essentiels du marché des grands crus sont restées lettre morte. Toujours plus décrié, le système des primeurs semble pourtant devoir perdurer : aucun Château, à l’exception d’Yquem, n’a suivi l’exemple de Latour sorti des primeurs en 2012, et les grandes maisons de négoce bordelaises, pour qui ce marché représente 30 % de leur chiffre d’affaires, apparaissent pieds et mains liés.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  Claude Coquilleau Adobe Stock & Liv-ex

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*