Vin sud-africain, le légendaire Klein Constantia

Vin sud-africain, le légendaire Klein Constantia

Le vin sud africain n’est pas le premier qui vient à l’esprit du collectionneur de grands crus. Pourtant, il y a un illustre vin sud africain, le Klein Constantia, littéralement mythique. S’il a disparu sous sa forme initiale depuis plus d’un siècle, il permet de remonter directement aux origines du vignoble sud-africain.

L’histoire du vin sud africain, et du Constancia, remonte à la Compagnie des Indes

L’histoire de ce vin, et de la vigne en Afrique du Sud, débutent en 1685 avec la création par Simon Van der Stel, second gouverneur de la province du Cap, du vignoble Constantia sur des terres que lui attribua la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Le choix de ce nom reste un mystère : il serait inspiré du nom d’un bateau de la Compagnie, ou de celui d’une maîtresse, mais assurément pas de celui de sa femme, comme l’a longtemps sous-entendu la légende, qui s’appelait Johanna.
Situé à quelques kilomètres de l’océan, et adossé à la partie sud de la montagne de la Table, Constantia bénéficie d’une bonne pluviométrie, comparable à celle de Bordeaux et de suffisamment de vent pour assainir naturellement les vignes, en les rafraîchissant et en les asséchant.

Au XVIIIe, ce vin sud-africain était préféré à Yquem

À la mort de Simon Van Der Stal en 1712, le vignoble fut scindé en deux, Klein et Groot (petit et grand). Dirigé par son nouveau propriétaire, Johannes Colijn, Klein Constantia jouissait déjà d’une excellente réputation pour ses vins doux rouges et blancs. Avec l’arrivée de la famille Cloete en 1770, le vignoble connut encore un bon qualitatif grâce à l’ajout des cépages pontac et muscadel blanc. Il était alors prisé par tous les dirigeants européens et américains, au point d’être préféré à Yquem, Tokay ou Madère selon l’historien Hugh Johnson. Cette pépite du bout du monde disparut avec la crise du phylloxéra en 1890.

Des fées bordelaises sur le berceau d’une renaissance

Le domaine fut racheté en 1980 par la famille Jooste qui, au prix d’investissements considérables, tâcha de rendre à ce grand nom son lustre d’antan. De grands noms du vignoble bordelais y sont aujourd’hui associés dont Hubert de Bouard (Château Angélus), et Bruno Prats (Clos d’Estournel).

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  somartin Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*