Le Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux

Le Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux

Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB) fut créé en 1948 afin de représenter, promouvoir et défendre la filière des vins bordelais.

Le CIVB est l’union de 3 familles

Ce secteur d’activité vitivinicole s’organise autour de trois familles : la viticulture, le négoce et le courtage. Premier employeur girondin, avec près de 60 000 emplois directs et indirects, il compte 5 800 viticulteurs, 300 maisons de négoce auxquelles on peut ajouter les 29 caves coopératives et 3 unions de récoltants, et 72 courtiers.

Les membres du CIVB sont désignés par d’autres organisations locales spécifiques à chaque famille de la filière telles la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, et la Fédération des Syndicats du Commerce en Gros des Vins & Spiritueux Bordeaux & Gironde qui rassemble l’Union des Maisons de Bordeaux, le Syndicat du Commerce en Gros des Vins du Libournais et des syndicats de courtiers.

La présidence du CIVB est renouvelée tous les 3 ans, alternant entre viticulteur et négociant. Bernard Farges fut réélu en 2019 pour un nouveau mandat après avoir déjà occupé le poste entre 2013 et 2016.

Les 4 missions du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux

Le CIVB dispose d’un budget d’environ 35 millions d’euros afin de mener à bien 4 missions principales :

  1. Développement économique en assurant la diffusion des données exactes de production et de conjoncture du marché, ainsi que les outils d’aide à la commercialisation des vins de Bordeaux dans le monde.
  2. Développement en rajeunissement de la notoriété des vins de Bordeaux grâce à des campagnes publicitaires et marketing ciblées, et à l’entretien de relations publiques et presse de large spectre.
  3. Amélioration des connaissances techniques afin de préserver et d’accroître la qualité de la production et de s’adapter aux nouvelles exigences environnementales et de sécurité alimentaire.
  4. Défendre les intérêts généraux de la filière en œuvrant à la protection des terroirs et des appellations, en luttant contre la contrefaçon, et en promouvant l’œnotourisme.

Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux bénéficie également d’un puissant outil éducatif qu’est l’École du Vin de Bordeaux. Créée en 1989, elle forme aujourd’hui plus de 85 000 personnes, dont 45% de professionnels, à travers le monde grâce à un réseau de plus de 250 formateurs accrédités, présents dans 21 pays.

Le CIVB relève le défi environnemental

Dans le contexte actuel complexe, aggravé par la crise du coronavirus, le CIVB doit relever des défis majeurs, dont la problématique du développement durable. Pas toujours à la pointe de la défense de l’environnement, les acteurs de la filière viticole bordelaise semblent avoir pris conscience des enjeux et avoir acté une série de mesures et d’engagements à mettre en œuvre. La proportion du vignoble certifié par une démarche environnementale est passée de 35 % en 2014, à 60 % en 2019, l’objectif étant d’atteindre 100 % en 2025.

Nul doute que le recours à des pratiques plus respectueuses de l’environnement et la biodiversité participeront du rajeunissement bienvenu de l’image des vins de Bordeaux. À l’exception de quelques grands châteaux immensément prestigieux, les vignerons souffrent en effet d’une baisse continue des ventes, quels que soient les réseaux de distribution, à cause d’une image de vins trop onéreux et uniformes.

C’est dans cette démarche de renouvellement vivifiant que sont lancées par le CIVCB les campagnes de promotion des rosés de Bordeaux, et plus généralement une propension à rendre plus accessibles les belles productions de cette région.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  dbrnjhrj – Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*