Thibault Liger-Belair poursuivi pour avoir respecté son terroir

Thibault Liger-Belair poursuivi pour avoir respecté son terroir

Adepte de la biodynamie, Thibault Liger-Belair est poursuivi pour avoir refusé l’utilisation de pesticides chimiques sur ses vignes. C’est le le second vigneron dans ce cas, après Emmanuel Giboulot.

Thibault Liger-Belair veut être un guide de sa terre

Lors de sa convocation devant le Tribunal Correctionnel de Villefranche sur Saône le 19 mai dernier, il lui était reproché de ne pas avoir traité chimiquement ses vignes de Moulin-à-Vent contre la cicadelle, un insecte propageant la flavescence dorée. L’audience fut reportée à novembre 2015. Il risque 6 mois de prison et 30.000 euros d’amende !

Depuis toujours à Nuits Saint Georges où se trouve son vignoble d’origine, et depuis 2008 dans le Beaujolais, Thibault Liger-Belair prône un strict respect des sols et du terroir, refuse l’utilisation de produits chimiques et s’en explique simplement : « Je considère qu’être vigneron, c’est prendre la vigne que l’on nous a léguée et la rendre encore meilleure aux générations suivantes. Pour cela, je pense qu’il ne faut pas amputer le sol et la vigne avec des produits chimiques qui comportent des métaux lourds, complexant. Personne ne sait quels vont être les dégâts collatéraux. Nous devons juste être des guides, observer, comprendre et aider la plante à grandir ».

Le domaine Liger-Belair coupé par une départementale

Le problème à Moulin à Vent vient de la situation du vignoble sur deux départements, le Rhône et la Saône et Loire. Dans le premier aucun traitement chimique n’était imposé, contrairement au second. Mais les deux vignobles du domaine Liger-Belair ne sont séparés que par une route départementale de 4 mètres. Considérant que les décisions étaient uniquement administratives et non agronomiques, que le danger était plus que limité, il a décidé de ne pas appliquer les trois traitements imposés par arrêté préfectoral.

Nous souhaitons à Thibault Liger-Belair d’obtenir une relaxe complète comme dans l’affaire Giboulot à Beaune et nous nous réjouissons de compter ses grands vins dans notre sélection.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Image : © Eléonore H – fotolia.com

 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*