Montrachet Marquis de Laguiche, un chef-d’œuvre bourguignon

Montrachet Marquis de Laguiche, un chef-d’œuvre bourguignon

Le Montrachet Marquis de Laguiche de Joseph Drouhin est de ces grands crus dont la simple évocation appelle à la louange et à l’usage immodéré des superlatifs. Véritable œuvre d’art bourguignonne, ce grand vin lie les plaisirs de la dégustation à l’histoire pluriséculaire dont il est le fruit.

Au « climat » Montrachet, les moines ont su transformer une terre déshéritée en trésor

L’identité spécifique du climat Montrachet apparait au Bas Moyen-Âge sous l’influence des ordres religieux, et notamment des Cisterciens. L’étymologie du nom relève a priori de la topographique. La colline du Montrachet était dénuée de toute végétation à son sommet. Le « mont rachet », rachet signifiant chauve en ancien français, est par extension, lorsqu’il s’agit d’une terre, un lieu pauvre, sec, où rien ne pousse. Cette origine explique que le « t » ne se prononce pas dans ce nom.

Le prestige de ce climat se perpétua au cours des siècles suivants. Dans son ouvrage de référence pour les historiens du vin, La Situation de la Bourgogne, publié en 1728, Claude Arnoux vantait la qualité exceptionnelle des vins issus de ce terroir si spécifique :

« le Morachet (sic) est en possession d’une veine de terre qui rend son terrain unique dans son espèce ; il produit un vin blanc le plus curieux et le plus délicieux de France. […] Ce vin a des qualités dont la langue latine et la langue française ne peuvent exprimer la douceur ».

Montrachet et Marquis de Laguiche, un grand mariage bourguignon du 18e siècle

La famille La Guiche se distingua à la cour des Ducs de Bourgogne puis au service des rois de France. Devenue Laguiche après la Révolution française, cette lignée est intimement liée au vignoble du Montrachet. Elle en prit possession en 1776 par le mariage de Charles-Amable, Marquis de La Guiche, et de l’héritière des Clermont-Montoison. Au décès de cette dernière en 1810, les héritiers Laguiche en conservèrent la moitié, soit 2 hectares et 6 acres.

La parcelle actuelle du Montrachet Marquis de Laguiche est issue de cet héritage. Elle représente un quart de l’appellation Montrachet (8 hectares et 6 acres).

La Maison Drouhin dans la lignée du Montrachet Marquis de Laguiche

Depuis 1947, la famille Drouhin a la charge de magnifier ces précieuses vignes.

Le style du Montrachet Marquis de Laguiche fascine et intrigue. Par quelle magie est-il possible de développer autant d’ampleur et de structure, tout en conservant une telle élégance et une telle complexité ? Cet équilibre unique et cette longueur en bouche qui le caractérisent sont assurément la marque des plus grands vins.

Laissons le mot de la fin à Véronique Boss-Drouhin, la gardienne du style Joseph Drouhin, en charge de la vinification et de l’élevage des crus du domaine :

« Un authentique chef-d’œuvre ! Ce vin à lui seul pourrait représenter la « Bible » des vins de Bourgogne. La couleur a un splendide éclat doré. Le nez révèle une multitude d’arômes que l’on explore avec bonheur : fragrances florales de muguet, fleur de vigne, fleur de pêcher ; fruits exotiques, miel, amandes grillées, évoluant vers des notes de bois rares. En bouche, l’architecture est dominée par une rondeur harmonieuse, qui reste légère. La persistance est exceptionnellement longue, elle souligne et prolonge la finesse de l’ensemble. Une véritable symphonie de sensations ! ».

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  Joseph Drouhin

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*