Le millésime 2013 : une catastrophe ?

Le millésime 2013 : une catastrophe ?

Depuis le terrible et pluvieux printemps 2013, nombreux étaient ceux à appréhender la qualité du millésime 2013. Avant même les vendanges, les foudres des critiques s’abattaient sur la production à venir.

Des vendanges anticipées pour le millésime 2013

L’acidité, non équilibrée, du millésime 2013 était la plus grande crainte. En effet, obligés de déclencher des vendanges en urgence, face au risque de prolifération de la pourriture (botrytis) des raisins, les vignerons récoltèrent des grains pas encore tout à fait mûrs.

Face aux contraintes naturelles de 2013, seuls les Châteaux bénéficiant des outils techniques les plus pointus, et donc des moyens financiers les plus conséquents, sont parvenus à produire des vins de qualité. Une qualité certes moindre mais toutefois appréciable pour un millésime que beaucoup jugent comme le pire depuis 40 ans.

Que penser du millésime 2013 ?

2013 doit être considéré pour ce qu’il est et ne pas tendre à copier maladroitement de grandes années. Pas de place pour les vins de grande garde, mais assurément pour des vins de plaisir qui seront bus relativement rapidement. De la finesse et du raffinement plutôt qu’un puissance parfois caricaturale. Du fruit et de la fraîcheur plutôt que des tanins secs et durs. Rappelons-nous à quel point 2001, 2002, 2004 ou encore 2007 furent piètrement accueillis. Avec le temps, ces millésimes offrent des vins qui ne cessent de surprendre, se dévoilant plus rapidement.

Pas de spéculation, ni de longue garde pour le millésime 2013, mais assurément du plaisir chez les meilleurs, en particulier les vins blancs de Bordeaux qui ont bénéficié des conditions climatiques humides et chaudes du début de l’automne. Pour les professionnels, la question est différente et la vision optimiste moins évidente. Après deux campagnes de Primeur, 2011 et 2012, complètement ratées, suivant elles-mêmes deux années, 2009 et 2010, d’embrasement des prix, la commercialisation de 2013 débute sous les pires auspices. Même la relative baisse des prix semble encore insuffisante.

Auteur : Aurélien Grevet

© valeie – Fotolia.com

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*