Faut-il vendre certains vins de sa cave pendant la crise ?

Faut-il vendre certains vins de sa cave pendant la crise ?

Vendre ses vins pendant une crise, comme celle du Coronavirus, n’est pas réalisable le temps de la phase épidémique. Il serait irresponsable de ne pas respecter les mesures de confinement. Ce moment critique permet néanmoins d’aborder la question de la vente de ses grands crus pendant et après une crise.

En cas de crise, les plus grands vins sont des valeurs refuges

Une règle assez simple prévaut et semble se vérifier à chaque catastrophe sanitaire, économique ou financière : privilégier la rareté des vins. Les grands crus les plus rares, issus des domaines les plus prestigieux, conserveront toujours un pouvoir d’attraction qui les prémunira d’une chute trop brutale de leurs cours.

Ainsi, le Domaine de la Romanée Conti en Bourgogne, Petrus à Bordeaux, le Château Rayas dans le Rhône ou encore le Clos Rougeard dans la Loire semblent immunisés contre un effondrement de leurs prix au cours des prochaines semaines et mois à venir. La production limitée de chacun de ses domaines (quelques dizaines de milliers de bouteilles tout au plus) protègera d’un afflux de l’offre qui submergerait la demande. Des positions seront bloquées et les transactions seront assurément plus longues à se réaliser, mais les prix devraient tenir.

Dans le contexte actuel, la chute de la livre sterling rend mécaniquement les stocks britanniques plus compétitifs sur le marché international des grands crus. Mais, cela n’est que temporaire. Les marchands britanniques doivent également anticiper leur réapprovisionnement ultérieur, avec une monnaie plus faible.

Des grands crus souvent malmenés en temps de crise

Les autres grands crus produits dans des quantités plus importantes (plusieurs centaines de milliers de bouteilles) semblent eux plus exposés, même les plus grands noms tels Latour, Cheval Blanc, Mouton Rothschild ou encore Lafite Rothschild. En 2008, à la suite de la spectaculaire faillite de Lehman Brothers, ces grands crus cédèrent 30 à 50 % de leur valeur en quelques mois. Il convient néanmoins de rappeler qu’un rebond remarquable opéra dès les derniers mois de 2009.

Comment tirer parti de ses vins en période d’instabilité ?

Nul ne peut aujourd’hui prédire l’avenir, et encore moins en se référant à un seul épisode du passé. Cependant, il est probable qu’une période incertaine s’annonce durant laquelle les vins les plus rares résisteront le mieux à la crise. Les grands crus seront d’excellents pourvoyeurs de liquidités pour celles et ceux qui envisageraient de renouveler leur cave, financer un projet ou faire face à un besoin de trésorerie.

Pour les propriétaires de grands crus qui souhaiteraient les vendre, ou du moins en analyser l’opportunité, Vinoptimo assure :

  • d’optimiser le prix de vente des bouteilles grâce à la spéculation qui caractérise le marché international des grands crus ;
  • de recevoir une offre de rachat globale, détaillée et parfaitement transparente (pas de frais cachés) ;
  • de pouvoir conclure la vente très rapidement ;
  • de la garantie d’une transaction et d’un règlement sécurisés ;
  • de bénéficier d’un service d’emballage et d’enlèvement adapté dès que l’ampleur de la cave le justifie.

 

Contactez-nous pour vendre des grands vins.

Nous vous transmettrons une offre de rachat de vos grands crus, en toute discrétion, sous 48 heures.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Crédit image :  spyarm  Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*