L’appréhension du vin bouchonné s’éloigne

L’appréhension du vin bouchonné s’éloigne

Le vin bouchonné est la hantise de tout amateur de grands crus. À qui n’est-il jamais arrivé de se réjouir, plusieurs jours ou semaines à l’avance, d’une dégustation, et, le jour venu de sentir dès l’ouverture ce terrible goût de bouchon ?

Le phénomène de vin bouchonné

Le vin bouchonné est dû à des moisissures spécifiques au liège. Il développe une odeur de bouchon pourri qui annihile tout le bouquet aromatique du breuvage. Le vin en devient imbuvable, malheureusement de façon irréversible. Dans quelques rares exceptions, lorsque l’odeur est très légère, et que l’avancée des moisissures n’en est qu’à ses prémices, une bonne aération grâce à un passage en carafe peut sauver la mise.
Les grands crus qui ont le plus souvent toujours eu recours à des lièges de première qualité sont moins touchés que les vins plus communs, mais bouchonnés, ils génèrent de plus grandes déceptions.
Cependant, les vins bouchonnés sont beaucoup moins fréquents qu’autrefois grâce à une nette amélioration de la qualité des bouchons.

Des bouchons synthétiques pour les vins d’entrée de gamme

L’intérêt du liège est de permettre un échange fin entre l’intérieur et l’extérieur de la bouteille, afin de permettre au vin d’atteindre sa pleine maturité. La question de la lente maturation ne se posant pas pour les vins d’entrée de gamme, des bouchons très stables, mais aussi très hermétiques, ne présentent aucun problème. De plus en plus, depuis une bonne décennie, ces vins recourent à des bouchons synthétiques dont un leader du marché est la société Nomacorc.

Les bouchons technologiques en liège

Pour les grands crus qui exigent une autre finesse, la question restait entière jusqu’à l’arrivée sur le marché, il y a quelques années, des bouchons pour le vin DIAM. La promesse de cette technologie est simple : les avantages du liège, et notamment sa très fine porosité, sans les inconvénients. La neutralité du bouchon est garantie tout au long de la vie du vin dans la bouteille. Si les plus prestigieux Châteaux et Domaines n’y sont pas encore tous convertis, les professionnels sont unanimes quant à la qualité de cette technologie. Du célèbre œnologue-conseil Michel Rolland, au chef de cave de la Maison Billecart Salmon, François Domi, tous vantent les mérites de ces bouchons.
Lors d’une récente discussion, Samuel Billaud qui utilise ces bouchons depuis plusieurs années, m’expliquait à quel point il lui était désormais plus agréable de penser que ses vins pourraient atteindre leur pleine maturité sans risque de bouchonner. Si une bouteille bouchonnée est une grande déception pour le consommateur, le vigneron passionné en souffre également, lui qui a mis dans ses vins une partie de son âme.

 

Pour l’amélioration continue de votre cave de grands crus, notre expertise du vin est à votre disposition.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  Africa Studio Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*