Japon, le pays où le vin se lève… calmement

Japon, le pays où le vin se lève… calmement

Le marché du vin au Japon est l’un des plus matures et des plus anciens d’Asie. Pourtant, il ne prit son essor que depuis quelques décennies. Un nouvel élan semble se confirmer depuis la mise en œuvre, le 1er janvier 2019, de l’accord commercial APE (Accord de Partenariat Économique) entre l’Union Européenne et le Japon.

Le vin au Japon doit beaucoup aux mangas

Les premiers développements significatifs de la consommation de vin au Japon datent du début des années 1970 lorsque furent adoptées les mesures de libéralisation de l’importation des alcools.

La popularité du vin s’accrut encore durant la seconde moitié des années 1990 après le titre de meilleur sommelier du monde de Shinya Tasaki en 1995.

De même, au cours de la première décennie des années 2000, l’incroyable succès de la série de mangas les Gouttes de Dieu fut un puissant vecteur d’accroissement de la demande de vin au Japon.

De 2007 à 2017, la consommation japonaise de vins est passée de 2,4 millions d’hectolitres à 3,5 millions, soit une augmentation de près de 50 %.

Au Japon le vin est surtout apprécié dans les métropoles et par des seniors

Néanmoins, la consommation de vin demeure minoritaire au Japon. La somme moyenne allouée aux boissons alcoolisées par les Japonais est de 327 euros annuels. Les dépenses liées au vin ne représentent que 8 %, soit un peu plus de 26 euros par an et par habitant.

Ces achats de vin sont cependant hétérogènes et se concentrent à Tokyo et dans les grandes agglomérations. La moyenne de consommation de vin de la capitale japonaise est de 7 litres par an et par habitant contre 3,7 litres au niveau national. Il est également intéressant de noter que les consommateurs de plus de 50 ans dépensent 2,5 fois plus par bouteille que ceux de moins de 30 ans.

Le Japon privilégie l’importation de vins de qualité

Le Japon est un important importateur de vins :

  • au 16e rang mondial des consommateurs de vins en volume (3,5 millions d’hectolitres en 2018) ;
  • au 10e rang des importateurs en volume (2.6 millions d’hectolitres en 2018) ;
  • au 6e rang en valeur (1,4 milliard d’euros en 2018).

Le vin japonais mis à nu par les accords APE

Une nouvelle réforme est entrée en vigueur le 30 octobre 2018. Elle n’autorise à classer et à étiqueter comme vin japonais que les crus contenant uniquement des ingrédients nationaux. Résultat : la part de la production nationale dans la consommation s’est effondrée. De 46,2 % avant la réforme, cette dernière est passée à 4,8 %.

Auparavant étaient comptabilisés en vin japonais :

  • le vin produit sur place à partir d’ingrédients importés (26,2 % de la consommation) ;
  • le vin en vrac importé puis embouteillé au Japon (15,2 % de la consommation).

Les effets de l’APE signée entre l’UE et le Japon permettent surtout aux vins d’entrée de gamme de reprendre d’importantes parts de marchés aux vins chiliens, mais les grands crus en bénéficient également.

 

Auteur : Aurélien Grevet

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Crédit image :  Somartin Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*