Le vin hongrois, « vin des rois »

Le vin hongrois, « vin des rois »

Le vin hongrois et son fameux Tokaj, « le vin des rois et roi des vins », sont l’héritier d’une tradition millénaire. Malgré une histoire chaotique, les Hongrois sont toujours restés de grands amateurs de vins et d’excellents vignerons.

Le vin hongrois, une longue histoire à rebondissements

L’histoire du vin hongrois remonte à l’Antiquité gréco-romaine. Selon Hugh Johnson, auteur de l’ouvrage de référence Une histoire mondiale du vin, les Grecs y auraient introduit la viticulture depuis la Mer Noire, le long de la vallée du Danube. Les récits qui relatent la mort de l’empereur romain Probus, en 282 Apr. J.-C., en Pannonie, évoquent les efforts de ce dernier pour y multiplier les vignes.

Comme dans la plupart des pays viticoles européens, l’Eglise médiévale tint un rôle majeur dans la consolidation et l’extension des vignobles. Les 160 années de présence turque qui suivirent la victoire de Soliman le Magnifique à Mohacs en 1526 n’affectèrent que peu la production de vin sur laquelle seules des taxes furent prélevées.

La domination des Habsbourg (fin XVIIIe) fut favorable à la reconnaissance des crus hongrois, et notamment du fameux tokay. La renommée de cet élixir atteint la France, et la cour de Versailles, après que Férench Rákóczi, figure tutélaire de l’indépendance hongroise, en ait offert à Louis XIV dont il partageait le combat contre la maison impériale autrichienne.

Les infrastructures et la qualité des vins pâtirent de la période communiste, mais reprennent leur essor depuis le début des années 1990.

La renaissance du vignoble hongrois

Le vignoble hongrois s’étendait en 2018, selon les chiffres de l’OIV, sur 69 000 hectares, soit une progression de 22 % par rapport à 2013 alors que la tendance générale est à la baisse des surfaces viticoles. De même, la production connait une forte croissance ces dernières années, passant de 2,4 millions d’hectolitres en 2013 à 3,6 millions en 2018, chiffres à nuancer par les conditions climatiques particulièrement favorables de 2018. La consommation nationale augmente également, mais à un rythme plus lent (2 millions d’hectolitres en 2013 contre 2,5 en 2018).

Bien que le Tokay hongrois soit réputé internationalement, le volume des exportations demeure faible, et se concentre sur les crus liquoreux les plus prestigieux, les aszú. L‘appellation Tokay s’étend sur moins de 5 500 hectares, répartis autour de 28 villages, où prospère le fameux botrytis cinerea. La production des aszú n’est cependant réservée qu’aux millésimes bénéficiant des conditions climatiques appropriées. Pour faire face à cette incertitude, les vignerons hongrois proposent une gamme de vins blancs secs de qualité.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*