Cotation des vins de Bourgogne : un engouement qui ne faiblit pas

Cotation des vins de Bourgogne : un engouement qui ne faiblit pas

La cotation des vins de Bourgogne n’a cessé de croître cette dernière décennie, mais le mouvement s’est particulièrement accéléré depuis deux ans. La cote des vins bourguignons les plus réputés dépasse désormais allégrement celle de leurs homologues bordelais.

Les vins de Bourgogne gagnent des parts de marché de façon spectaculaire

Dans un rapport du Liv-ex publié en mars 2018, la plateforme londonienne analyse en détail l’ascension fulgurante de la cotation des vins de Bourgogne. Les chiffres sont édifiants : depuis 2010, la part des marchés des grands crus de Bourgogne est passée, sur le Liv-ex, de 1 % à plus de 12 % des échanges. Par expérience, nous pouvons ajouter que le Liv-ex n’est pas le premier choix des vendeurs qui doivent plus faire à une problématique d’approvisionnement que de vente. Dans ce contexte, les vendeurs s’épargnent les frais de transactions, même mesurés, du Liv-ex.

Cotation des vins de Bourgogne : + 108 % en 8 ans

Durant cette même période, l’indice Burgundy 150 qui agrège les performances de crus bourguignons les plus actifs du marché secondaire, a augmenté de 108 % alors que le Liv-ex 1000 qui rassemble tous les sous-indices régionaux, n’a cru que de 30 %. Cette forte augmentation des cotations des vins de Bourgogne s’explique par la distorsion entre une demande mondiale en constante augmentation et une offre qui a même diminué, avec une succession de récoltes limitées en volume, du fait de conditions climatiques compliquées.
De plus, il est essentiel de rappeler que les productions des grands crus bourguignons les plus prisés, sont infimes par rapport à celles de leurs équivalents bordelais. À titre d’exemple, le Montrachet du Domaine Leflaive ne produit que 400 bouteilles par an, le grand cru Romanée Conti 5 000 et le Chambertin de Rousseau un peu moins de 9 000 bouteilles. En comparaison, à l’exception du confidentiel le Pin (7 200 bouteilles), Petrus est le plus rare avec 60 000 bouteilles, quand Lafite Rothschild, à l’image des autres premiers crus, offre plus de 240 000 bouteilles par an.

Pour le Bourgogne, le vigneron est coté avant l’appellation

Parmi les observations formulées dans ce rapport, soulignons que le marché privilégie nettement le vigneron au climat. L’exemple donné de l’appellation Chambertin est significatif. Celui d’Armand Rousseau a vu sa cote augmenter de 250 % en 10 ans alors que celle du Domaine Trapet, pourtant d’excellente qualité, mais assurément plus austère dans sa jeunesse, n’a « que » doublé.

 

Vous souhaitez recevoir une cotation de vos vins de Bourgogne, précise et actualisée ?
Contactez-nous, nous vous transmettrons, en moins de 48 heures, des offres de rachat sérieuses et nettes de frais.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  liv-ex.com

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*