À partir de quand boire un vin de Bordeaux pour l’apprécier au mieux ?

À partir de quand boire un vin de Bordeaux pour l’apprécier au mieux ?

Quand boire un vin de Bordeaux ? Pour la plupart des vins, la réponse est simple : ils sont destinés à être bus au cours des 2 à 5 ans qui suivent leur mise en bouteille. Pour les grands vins de Bordeaux, un délai plus long est nécessaire afin de saisir tout le raffinement et toute la richesse de ces grands crus.

Pour boire un grand vin de Bordeaux, un minimum de 5 à 7 ans

Il n’existe pas de réponse universelle à la question « quand boire un vin de Bordeaux ? ». Chaque vin détient sa propre vérité qui ne se révèle qu’à l’usage et donc à la dégustation. Cela impliquerait beaucoup d’essais, un foie en acier et une réserve certaine de billets. Nous pouvons au moins soutenir, sans prendre trop de risques, que trop de grands crus bordelais sont dégustés trop jeunes, en particulier au restaurant. Ces vins de Bordeaux n’atteignent le début de leur maturité qu’après un minimum de 5 à 7 ans de vieillissement pour les plus précoces. Un collectionneur asiatique nous confiait même qu’il considérait comme un sacrilège de boire un Petrus de moins de 20 ans. Il faut reconnaître que si ce monsieur a bon goût, il en a aussi les moyens.

L’évolution d’un grand cru bordelais est liée au terroir et au cépage

Pour être plus précis, le minimum de garde dépend de l’appellation et de l’encépagement.
Les grands vins de la rive droite, Saint Emilion et Pomerol, sont généralement accessibles plus jeunes que leurs homologues du Médoc, en partie du fait de la forte proportion de merlot qui apporte plus vite des notes fruitées.
Rive gauche, les Saint-Julien sont souvent prêts à boire avant les Saint-Estèphe qui se caractérisent par des tannins serrés et une grande austérité de leur jeunesse.

L’âge de maturité d’un grand vin de Bordeaux dépend du millésime

L’apogée d’un vin varie également en fonction de l’année. Les millésimes les plus réputés sont ceux qui exigent le plus de patience, à l’image des grands crus de 2010. Les années moins prestigieuses que nous évitons de qualifier de « petits millésimes », peuvent être appréciées plus rapidement. Les vins de Bordeaux de 2007, par exemple, révélaient dès 2012 beaucoup de finesse et de complexité.

Si vous vous demandez quand boire l’une des précieux grands vins de votre cave, ou pour toute autre question, n’hésitez pas à nous interroger.

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

Image ©  MAURO fotolia.com

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*