Grange des Pères, le Grand Cru du Languedoc

Grange des Pères, le Grand Cru du Languedoc

Les cuvées de la Grange des Pères font les délices des amateurs éclairés qui connaissent l’excellence de ce domaine du Languedoc. Voilà, en rouge et en blanc, deux grands vins atypiques qui se sont libérés des carcans de l’AOC et s’accommodent parfaitement d’une appellation en Vin de Pays de l’Hérault.

La Grange des Pères, les grands vins jaillis du rocher

Créé ex nihilo sur des pentes en pleine garrigue et sur des amas de galets, le domaine de la Grange des Pères offrit sa première cuvée en 1992. Il est l’accomplissement personnel d’un amoureux des grands vins, Laurent Vaillé, égaré dans des études de kiné, qui ne put résister à l’appel de la terre. Entouré de son père et de son frère, perfectionniste et travailleur sans relâche, il a bâti en quelques années une véritable légende dans l’univers des grands vins. Il faut reconnaître qu’il a su bien choisir ses maîtres d’Eloi Durrbäch (Trévallon) à Jean-François Coche Dury en passant par Jean-Louis Chave. Voilà un parcours qui forge une solide expérience et assoit une quête perpétuelle d’excellence.

Des cuvées en blanc et en rouge issues d’un travail d’orfèvre

Comme ses mentors, Laurent Vaillé rappelle que l’essentiel se joue à la vigne. Il offre un soin tout particulier aux ceps des 13 hectares du domaine. Ce travail d’orfèvre dans les vignes, puis dans les chais, aboutit à des cuvées qui se caractérisent par un équilibre qui touche à la perfection, entre une fraîcheur persistante et une puissante intensité aromatique. La matière est ciselée et offre à l’heureux dégustateur cette douce sensation veloutée.
Le rouge est majoritairement composé de Syrah et de Mourvèdre, et complété de Cabernet Sauvignon de Counoise et de Petite Verdot.
Le blanc est assemblé en Roussane, Marsanne et Gros Manseng, le Chardonnay ayant disparu de la composition en 2008.

Je garde le souvenir d’un sublime rouge de 2005, dégusté dans un bel établissement… bourguignon. Les grands crus locaux affichaient des prix rédhibitoires, et nul doute que ce vin en surpassait beaucoup. Plus récemment nous nous sommes régalés de 2 superbes 2009. Un 2013 était un peu jeune, mais une bonne heure en carafe atténuait les affres de notre impatience. Quant au rare blanc (5 000 bouteilles par an), un flacon de 2015 me titille depuis quelque temps déjà. J’ai étonnamment contenu cet appel jusqu’à maintenant. Nul ne sait combien de temps cela durera.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image © Vinoptimo

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*