Un mâchon d’exception au Clos des Mouches

Un mâchon d’exception au Clos des Mouches

Comment décliner une invitation de la Maison Drouhin et de son cultissime Clos des Mouches ? Difficile ! N’écoutant que notre courage, nous avons immédiatement dit oui. Et, vous pouvez me croire, l’unique objectif était d’améliorer nos connaissances techniques et notre compétence professionnelle !

Au programme, Clos des Mouches Blanc, foie gras et terrine

Accompagnés de notre cher interlocuteur parisien Didier Hastoy et d’amis de la Maison, nous arrivions de bon matin à la gare de Beaune. Cyril Ponelle, intarissable sur le vignoble bourguignon et la subtilité de son terroir, nous y attendait afin de nous conduire au Clos des Mouches, première étape de cette laborieuse journée.

Une fois sur place, il nous fallait prendre des forces. Heureusement, Alain Fontaine, propriétaire de l’authentique bistrot parisien Le Mesturet et nouvellement élu président du l’Association Française des Maîtres Restaurateurs, sortit de son sac foie gras et terrine. Une bouteille, de Clos des Mouches Blanc évidemment, et des verres apparurent comme par enchantement. Nous étions alors parés pour un mâchon d’exception.

Le millésime 1999 que nous dégustions révélait une belle évolution des arômes mêlant notes de miel, de noix de muscade et de grillé. Ce vin de 20 ans affichait néanmoins une grande vigueur préservée et arborait élégance et finesse. Les notes de truffes blanches qui caractérisent les millésimes les plus vénérables de ce cru ne se dévoilaient pas encore, absence qui indiquait un potentiel de garde toujours important.

Mâchon au Clos des Mouches de la Maison Drouhin, Bourgogne. Vinoptimo

Clos des Mouches, un des climats emblématiques de Bourgogne

Le climat Clos des Mouches est l’un des étendards de la Maison Joseph Drouhin. Il tire son nom de la présence d’abeilles que les Anciens appelaient « mouches à miel ». Les vignes du domaine de cette appellation Beaune 1er Cru s’étendent sur 14 hectares, 7 de Pinot Noir et 7 de Chardonnay, à l’extrémité septentrionale des Côtes de Beaune, au nord de Pommard. La première parcelle fut acquise en 1921 par Maurice Drouhin, fils du fondateur de la Maison Joseph, qui poursuivit ses achats de vignes tout au long de cette décennie.

Le Clos des Mouches en rouge et en blanc

Jusqu’à la fin des années 1920, le Clos des Mouches n’existait qu’en rouge. Autres temps, autres pratiques, les quelques pieds de chardonnay qui y étaient plantés, entraient dans l’assemblage afin d’affiner des crus bien plus charpentés qu’aujourd’hui.

En 1928, à la suite d’aléas d’une récolte décalée entre chardonnays et pinots noirs, quelques pièces de blanc furent vinifiées à part. Eugène Cornuchet, acheteur de chez Maxim’s, haut lieu du Paris des Années Folles, tomba sous le charme de ce cru et réserva, pour les années à venir, l’intégralité de la production. Le Clos des Mouches s’équilibra au fil des années entre blancs et rouges.

Rassasiés et revigorés, nous nous dirigions vers le centre de Beaune afin de visiter les caves, déguster quelques-unes des cuvées de la Maison et nous régaler d’un déjeuner exceptionnel que nous évoquerons dans un prochain article.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Images ©  Vinoptimo

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*