Faut-il vraiment choisir un champagne pour le kir royal ?

Faut-il vraiment choisir un champagne pour le kir royal ?

Choisir du champagne pour un kir royal peut sembler inapproprié au puriste. D’origine bourguignonne le kir royal s’élabore traditionnellement en mélangeant un tiers de crème de cassis et à deux tiers de crémant de Bourgogne. Mais le champagne a pris une telle place dans l’esprit du grand public qu’il est parfois synonyme de vins effervescents.

A l’origine, pas de champagne dans le kir

Revenons aux origines du kir et du kir royal qui sont en fait des marques commerciales déposées depuis 1951. Avant cette date, on parlait de blanc-cassis depuis qu’un serveur du bar le Montchapet de Dijon avait utilisé, au début du XXe siècle, de la crème de cassis pour améliorer un vin blanc ordinaire. Promu par le maire de l’époque, Henri Barabant, le blanc-cassis devint en quelques décennies un incontournable en Bourgogne. Sa renommée se propagea à l’ensemble du pays après la Seconde Guerre Mondiale.

Dans les années 1950, le député-maire de Dijon Félix Kir ne buvait que cela au bar de l’Assemblée Nationale. Il donna son nom à cette boisson. Par une lettre du 20 novembre 1951, il accordait en exclusivité à la maison Lejay-Lagoute, liquoriste local, le droit d’utiliser son nom pour « une réclame de cassis, dans la forme qu’il lui plaît et notamment pour désigner un vin blanc-cassis ».

Un article complet du Monde – Du blanc-cassis au Kir, une histoire dijonnaise – relate cette petite histoire de la gastronomie.

Plutôt qu’un champagne, pour le kir choisir un Crémant de Bourgogne ou un pétillant de Loire

Ses origines rappellent qu’il n’est nul besoin de choisir un très grand vin effervescent pour le kir royal. Les prix des vins de Champagne, et même les petites pépites des maisons familiales telles Mandois demeurent plus onéreuses qu’un Crémant de Bourgogne ou un pétillant de Loire. Ajoutons que la crème de cassis étant déjà très sucrée, un vin effervescent peu ou pas dosé sera à privilégier.

Comme toutes les recettes à succès, le kir classique ou royal connait de nombreuses déclinaisons en dehors du champagne, avec notamment la possibilité de changer le fruit de la liqueur. Pour les amateurs et buveurs de grandes étiquettes, un nom se démarque sans conteste, celui de Jean-Marc Roulot, brillant vigneron de Meursault, et sa célèbre liqueur d’abricot.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  cdrcom Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*