Vin allemand, ses grandes cuvées sont nées d’un beau raté

Vin allemand, ses grandes cuvées sont nées d’un beau raté

Le vin allemand est souvent mal connu des amateurs en France. Pourtant, il recèle d’extraordinaires cuvées, avec des vins blancs exceptionnels.

Vin allemand, un peu d’histoire

Le premier développement majeur du vin allemand remonte au haut Moyen-Âge, au VIIIe siècle, parallèlement à la multiplication des abbayes et monastères carolingiens, le long du Rhin et ses affluents. L’encouragement à cultiver la vigne apparaissait déjà dans la loi salique des Francs, rédigée au VIe siècle sous Clovis : la vie d’un vigneron valait le double de celle d’un laboureur ou d’un berger tué accidentellement. Au cours des siècles suivants, jusqu’à l’Âge d’Or du vin allemand, durant la première partie du XVIe siècle, l’Église, à travers ses communautés cisterciennes et bénédictines, joua un rôle essentiel.
Le riesling était alors le cépage le plus noble du vin allemand, gage d’une inégalable qualité.

Un retard de courrier a l’origine des plus grands vins allemands

Aujourd’hui encore, les plus prestigieuses cuvées de vin allemand sont issues de vendanges tardives, ou Spätlese. La première d’entre elles dont on possède une description détaillée eut lieu en 1775 au Schloss Johannisberg, dans le Rheingau proche de la jonction entre le Rhin et le Main, fut le fruit d’un concours de circonstances. L’autorisation de vendanger était toujours donnée par le propriétaire, en l’occurrence l’abbé de Fulda. Mais le courrier du responsable du domaine, Johann Engert, informant l’abbé de la maturité du raisin fut largement retardé. Au moment de l’arrivée de l’ordre de vendanger, le raisin était pourri. La vendange eut lieu malgré tout et les raisins furent vinifiés. En avril 1776, dans son rapport à l’abbé, Engert décrivit un vin si extraordinaire que « des huit dégustateurs, nous n’avons pas entendu d’autres mots que – Je n’ai jamais eu auparavant un tel vin en bouche ! »

Des vins allemands parmi les plus chers du monde

L’un des vins actuels les plus chers au monde, le Scharzhofberg TBA d’Egon Müller, est un héritier de cette première vendange tardive. TBA est l’abréviation du terme allemand Trocckenbeerenauslese, qui désigne une sélection de grains nobles desséchés. Les raisins sont non seulement surmûris et couverts de pourriture noble, mais aussi vidés d’une partie de leur humidité. Ce vin allemand offre un rare équilibre entre sucrosité et minéralité. Il n’est malheureusement produit qu’à quelques centaines de bouteilles chaque année.

 

Vinoptimo, négociant international en grands vins, vous conseille pour vos achats ou reventes de grands crus.

 

 

Auteur : Aurélien Grevet

 

 

Image ©  Somartin Adobe Stock

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*